ICDD

ICDD : Interfaces et Contenus Différenciés par Domaine

Les solutions issues d’Open Digital Education sont pensées dans une logique de «réseau modulaire» plus que de portail figé / hiérarchique. L’approche « ICDD » permet d’envisager des interfaces et contenus différenciés par niveau / domaine tout en maintenant une communication native entre ces différents espaces (logique de décloisonnement).

Cycle 3 (CM1, CM2, 6ième) : exemple de mise en œuvre

Cette approche permet d’une part d’offrir des interfaces et services adaptés à chaque niveau.

bundle

A titre d’exemple, la gestion de documents ou la messagerie sont pertinents aussi bien au primaire qu’au secondaire, avec cependant une ergonomie et des fonctionnalités qui peuvent varier. En revanche, la création de cartes euristiques est certainement plus adaptée aux élèves du second degré.

Elle favorise d’autre part un « continuum pédagogique » optimal : des partages et règles de communication transverses, des connecteurs personnalisés vers des services tiers pertinents pour l’établissement, des espaces communs premier et second degrés. Sur la base de ce principe, une mise en œuvre progressive et évolutive du projet est possible : 

Réseau modulaire

En pratique, comment cela fonctionne-t-il ?


Sur le plan des interfaces

Autant d’interfaces (de “skins” ou “thèmes”) que de domaines sont mis en œuvre pour proposer des univers graphiques et ergonomiques différenciés et pertinents. Une URL distincte (ou déclinée à partir d’un nom de domaine commun), permet d’accéder à chacune de ces interfaces (exemple : primaire.monprojet.com / secondaire.monprojet.com) tout en pointant sur un seul et même projet (même base d’utilisateurs, gestion centralisée des structures et règles de communication). Ce qui permet d’adapter l’interface à l’utilisateur tout en conservant les bénéfices d’un projet commun (mise en relation, partages, communication, projets conjoints, administration cohérente). Cette approche permet par exemple de proposer à des élèves de niveaux différents une interface adaptée à leur âge, ou encore à des porteurs de projets de proposer des interfaces personnalisées à leurs utilisateurs, tout en garantissant les avantages d’une plateforme commune.


Sur le plan des contenus

Classiquement, le registre d’applications permet d’attribuer des contenus (ou applications) pertinents pour chaque utilisateur (ou groupe d’utilisateurs). Cela permet de n’afficher à chaque utilisateur que ce dont il a besoin. Dans le cadre de l’approche ICDD, deux principales “stratégies” sont donc possibles. Soit un contenu est spécifique à un domaine : auquel cas, il n’est partagé qu’aux utilisateurs du domaine et n’est optimisé graphiquement que pour l’interface concernée. Soit un contenu est commun à différents domaines : auquel cas, il est partagé aux utilisateurs des différents domaines et est optimisé graphiquement pour fonctionner sur différentes interfaces.

C’est dorénavant le projet qui s’adapte à l’écosystème (multiples structures de portage de projet, rythmes différents, …) et non plus l’inverse !